Retour d’une mauvaise expérience avec un constructeur

Bonjour,

Dans cet article, nous allons partager avec vous notre mésaventure avec une société de construction. Notre avis pourrait vous aider à ne pas tomber dans le même piège que nous. A travers ce site, on vous fera part de plusieurs pièges à éviter. On vous rappellera  par exemple  les obligations des entrepreneurs

Début 2017, on s’est rendu au salon Batibouw afin de trouver le constructeur de notre futur  habitation. Nous voulions vraiment avoir la possibilité de  choisir le bon constructeur qui allait nous accompagner dans le projet de toute une vie. Avant de nous rendre au salon, nous avions pourtant réfléchi aux avantages de construire notre maison seul. Mais beaucoup de personnes nous confiait d’aller faire un tour sur l’événement pour y rencontrer, peut-être la personne qui allait nous aidé. Dès le premier jour du salon,, nous avons alors rencontré un des responsable d’une société à Liège.  

Il nous y a présenté un projet de construction, en Province de Liège, qui nous a beaucoup séduit. Ce jour-là, il assure qu’il y a déjà un pré-permis (un avis favorable) et que le permis devrait être obtenu rapidement (2-3 mois) pour ce projet de maison clé sur porte (donc tout compris : terrain + frais d’architecte + la construction de la maison).

Comme le concept et la région nous séduisaient, nous avons marqué notre accord pour ce projet. Notre interlocuteur nous a confié ce jour là qu’il allait tout gérer avec l’architecte qu’il a choisi pour notre projet. Nous aurions aimé  rencontrer cet architecte. Nous l’avons demandé à de nombreuses reprises. Pourtant  durant les 18 mois suivants, nous n’avons pas su à quoi il ressemblait. 

18 mois plus tard, le chantier commence enfin. Mais bon, notre vie n’a pas été un long fleuve tranquille durant cette année et demie écoulée. Nous avons dû faire face à des nombreuses péripéties, plus rocambolesques les unes que les autres. Nous avons halluciné plus d’une fois mais il faudrait rédiger un article complet juste sur cette partie afin que vous compreniez comment nos nerfs ont pu lâcher à certains moments. 

Le 21/08/18 le chantier commence enfin… . Mais quelques heures après son lancement,  nous avons déjà  dû le faire arrêter.  La raison: le terrassement effectué ne permet pas d’implémenter la maison de façon conforme au permis de bâtir. Sans notre vigilance et notre intervention, nous aurions aujourd’hui une maison enterrée qui n’aurait pas respecté pas le permis d’urbanisme…  La maison auraient peut-être été démolie à nos frais.

Afin de respecter les plans signés et le permis de bâtir qui ont été accordés, il faut remonter la maison… mais cela n’était pas  prévu dans notre métré. Pourtant, un autre professionnel nous a confié  qu’ au premier regard, tout entrepreneur est censé savoir ce qu’il fallait prévoir cela dès le début. Nous nous retrouvons donc avec un mur de terre de 2 mètres 10 à la place des 45 cm prévus.

L’entrepreneur confie qu’il faudra alors ajouter un vide ventilé.  Mais ce coût, à notre charge, est élevé à 12.000€ HTVA.

Il ajoute qu’il faudra compter 8-9000€ en plus pour retirer les terres du terrain… qui au final n’auraient pas dû enlever.

On nous annonce 20.000€ HTVA de suppléments, donc +- 24.000€ TTC alors que nous sommes le 1er jour des travaux. Pourtant, quand on avait rencontré quelques membres de la société au salon Batibouw, ils avaient tous précisez: « Chez nous, pas de supplément »

Le 06/09/18, le constructeur nous propose une autre solution par mail.  Placer du concassé de béton pour remonter la maison. Le coût de ce chantier était encore élevé à  5.435 € HTVA.  Mais l’entrepreneur indique qu’en attendant notre accord le chantier est à l’arrêt. Cette solution ne  nous satisfait pas du tout car elle a plusieurs inconvénients majeurs.

Le 21/09/18 nous avons une réunion avec l’architecte et l’entrepreneur sur le terrain. C’est notre 1ère rencontre avec l’architecte. A la fin de la réunion, il est convenu que l’architecte et l’entrepreneur vont se revoir pour trouver une solution sans coût pour nous.

Le 28/09/18 je relance l’architecte pour avoir des nouvelles… pas de réponses

Le 04/10/18 nous arrivons enfin à joindre l’architecte par téléphone qui nous indique que suite à leur réunion la solution envisagée est le vide ventilé sans frais pour nous.

Le 16/10/19 nous constatons que les travaux ont recommencé. Mais encore une fois, tout a été fait dans notre dos. Des tuyaux ont été ajoutés sur notre terrain. Nous recontactons l’architecte. Une nouvelle fois pas de réponse.

Le 22/10/18 Nous n’avons plus aucune information depuis des semaines et n’avons pas été consultés, ni même informés concernant la solution choisie pour régler la problématique de l’implémentation. Nous n’avons donc pas non plus été informés d’une éventuelle reprise des travaux. Pourtant, nous avons constaté ce week-end là que des pierres ont été placées sur notre terrain :

 

Nous arrivons enfin à joindre l’architecte qui nous informe que l’entrepreneur a choisi la solution du concassé de béton. Il envoi un mail au constructeur lui demandant de nous confirmer que les fondations seront réalisées jusqu’au sol.

Nous ne recevons pas de réponse au mail de l’architecte mais peu après j’ai un message vocal m’indiquant qu’ils vont couler le béton sur le concassé de béton… Nous demandons alors que les travaux soient remis à l’arrêt.

Suite à cela nous avons enfin reçu une réponse menaçante. Si on arrête le chantier, on assure qu’on va nous compter des  frais supplémentaires.

Je leur réponds qu’on souhaiterait avoir toutes les garanties concernant les fondations et je leur demande à voir l’aval de l’ingénieur et le rapport de compactage / compression. Je leur propose également de faire intervenir la commission de conciliation de la construction à nos frais. Mais mes solutions ne plaisent pas. 

Le 24/10/18, l’entrepreneur me contacte et il est très menaçant. Il dit, en s’énervant, ne plus vouloir construire notre maison et, entre autre, qu’il va s’arranger pour bloquer la construction pendant 30 ans. Il indique qu’étant donné que nous n’avons pas payé pour le rapport de compactage,  il ne le nous montrera pas.

Moins d’une heure plus tard, nous recevons un mail de son fils disant que le chantier est mis à l’arrêt tout frais à notre charge et qu’un décompte nous parviendra rapidement (nous n’avons toujours rien reçu). Dans ce mail, il affirme que nous avons validé la solution lors de la réunion sur les lieux du 21/09. Mais nous n’avons jamais validé cette proposition. 

Le 25/10/18, ma compagne téléphone à nouveau à l’entrepreneur. Il est cette fois plus conciliant même s’il réaffirme son désir de ne plus construire la maison et nous propose de mettre fin au projet d’un commun accord. Qu’un décompte sera effectué et qu’on ne devra payer que ce que nous avons effectivement demandé. Il jure qu’il va revenir vers nous à son retour de vacances. 

Le 07/11/18 , comme nous n’avons toujours pas de nouvel, nous envoyons un mail à son fils (nous n’avons pas l’email du père) indiquant que nous sommes favorables à sa proposition de mettre fin au projet d’un commun accord et demandons une réunion pour cela.

Son fils  dit ne pas être au courant. Ce qui est évidemment faux une nouvelle fois. On a vraiment l’impression qu’on se moque de nous. Cela fera bientôt 2 ans qu’ils nous mènent en bateau.

Nous avons alors regarder toutes les solutions auxquelles nous pouvions recourir en cas de litige. Nous avons notamment proposé la résiliation du contrat à l’amiable via notre avocat… ce qu’ils ont refusé.

Entre-temps nous avons constaté sur leur fiche Google que nous n’étions pas leurs seuls clients mécontents.

Nous sommes maintenant 2 ans après notre rencontre avec la société liégeoise à Batibouw et notre avis est clair: travailler avec eux est la plus grosse erreur de notre vie.